Cours – Transition écologique

  • Nantes
  • formation
  • 10 octobre 2018

Description

Introduction : Contexte de création

Le module “Comprendre et débattre la T-Ecologique” (CDTE) s’initie en cette fin d’année 2018 à la suite de l’opportunité transmise par les responsables RSE et Sciences de l’Entreprise (SE) de la formation de l’école Centrale de Nantes, aux élèves (cette année en deuxième année) membres du mouvement Together for Earth – lui-même lancé à l’école en mars 2018. En effet, la direction de la formation de l’école s’était cette année-là attaquée à la modification des enseignements SE – comportant communication, management, sciences sociales, et RSE – en les concaténant tous ensemble dans une journée particulière : le mardi.

Cette opportunité consistait en la création d’un module entier destiné au nouveaux élèves et portant sur les problématiques écologiques. Notre marge de manoeuvre était large, et tous les moyens internes à l’école étaient à notre disposition. Son élaboration a débuté en juin 2018, et s’est poursuivie de fil en aiguille jusqu’à la première séance, délivrée courant octobre 2018.

Plusieurs contraintes ont encadré la préparation puis la réalisation de ce module :

(i) Sa préparation n’a pu s’effectuer qu’à partir de fin juin, et les vacances n’ont pas été productives quant à sa bonne préparation, du fait du départ en stage CME d’un mois des élèves, et de leurs voyages. Elle s’est donc principalement effectuée de mi-septembre à mi-octobre.

(ii) L’ensemble du travail a été effectué par deux étudiants, lesquels se sont affiliés à certains camarades de Centrale et en particulier une étudiante d’Audencia et un étudiant de l’ENSAN (cf. plus loin par rapport à cet aspect).

(iii) La communication de l’initiative a été relayée par mail, ou via facebook, mais elle n’a pas pu bénéficier d’une clarté suffisante (cf. première contrainte) quant au contenu à venir du module, ou pas non plus d’une légitimité suffisante, du fait qu’un élève de deuxième année inconnu au bataillon fasse la promotion d’un enseignement dont les élèves n’étaient pas au courant de l’existence, car non inclus dans les menus leur ayant été préalablement proposés.  

(iv) La participation des élèves ingénieur au module n’a parfois pas pu s’effectuer, du fait de contraintes d’emploi du temps directement reliées à l’agencement des SE sur un jour particulier, mais aussi à l’origine origine diverse de ces élèves (chacun prenant partie à un menu particulier, ils n’avaient pas les mêmes cours, et donc les mêmes emplois du temps). Le responsable enseignant-chercheur du module avait tant bien que mal tenté d’intercaler des séances aux horaires les plus favorables, cela n’a pas été suffisant pour permettre aux élèves d’assister à toutes les séances (nous lui en sommes tout de même reconnaissant).

Au final, ce sont 11 étudiant.es dont une étudiante internationale qui ont participé à cette expérience, sur une capacité de 24.

 

Objectifs

Les objectifs de ce module étaient multiples :

  • Afficher rigoureusement la complexité des enjeux environnementaux, en affichant les interconnexions entre les très nombreuses thématiques qu’elles impactent – et en particulier le social : sous formes d’amphis/TD-Débats.
  • Faire intégrer cette complexité avec une implication concrète dans la réponse donnée à ces problématiques : sous forme d’un projet.
  • Prendre un recul philosophique et conceptuel sur ces mêmes enjeux, et les débats qui en découlent, afin de comprendre avec plus de justesse le contexte actuel.
  • Prendre conscience de l’impact néfaste de la désinformation et du manque de rigueur interne au partage des connaissances écologiques, ou même des termes employés (croissance, transition, …), sur le débat et l’agir citoyen.
  • Se familiariser avec des concepts, des termes très en vogue en écologie.

Il faut noter que l’évaluation de la bonne réalisation de ces objectifs ne s’est pas déroulée classiquement, via une note ou une réelle évaluation de la part de l’équipe “enseignante”. Ainsi, de réelles compétences professionnelles, citoyennes ou scientifiques n’ont pas été clairement mises en évidence. Les objectifs, en revanche, étaient pleinement affirmés.

Organisation générale du module

  • Gestion du module

La gestion du module s’est principalement déroulée comme retranscrite ci-dessus.

Néanmoins, il faut aussi ajouter l’implication des élèves de première année eux-mêmes, lesquels ont eux-mêmes proposé une évolution à mi-parcours du contenu de certaines séances à venir – par exemple, l’idée de remplacer les dernières séances de projet par des séances de débat avec pour support vidéographique un film connu. Il est intéressant de remarquer que ces proposition semblent s’être rendues possibles par la communication aux élèves des contraintes appliquées au module; et la relation moins transcendante entre élèves de première et deuxième année.

  • Communication

L’usage de Messenger s’est directement imposé, s’agissant pour cette promotion encore du mode de communication privilégié par une majorité des étudiants du module. Les mails étaient en effet bien moins consultés et ce mode de communication n’aurait alors pas été assez efficace – ce qui ne serait sans doute pas le cas pour des étudiants ayant déjà passé un semestre à Centrale.

  • Emplacement des séances

Les séances se sont toutes déroulées en salles de classe, dans les bâtiments de l’école (Amphi A, et Bat C). Les réservations étaient effectuées par le responsable SE.

  • Organisation des séances

L’amphi

L’enseignant de deuxième année délivre une présentation du module en centrant ses propos sur une thématique particulière. A mi-parcours (~30min), une pause de cinq minutes est aménagée pour permettre de rebondir avec la même énergie/concentration par la suite. La séance se veut interactive au possible : Les élèves sont assis dans l’amphithéâtre et sont invités à l’interrompre pour poser des questions ou discuter l’énoncé; ils sont à plusieurs reprises invités à s’exprimer pour donner matière à travailler à l’enseignant; deux débats sont aménagés à la fin de l’amphi pour prolonger les thématiques abordées.

Thématique clé : Prise de recul sur la relation entre problématiques écologiques & écologisme/débat politique. Lien avec la désinformation et la nécessité de s’informer et communiquer rigoureusement.

Les TD-Débat

Les deux voire trois enseignants 2A et les élèves se réunissent en cercle autour de tables. Une question très générale est détricotée le plus possible, et les enseignants de deuxième année utilisent un diaporamas pour expliciter les termes employés, donner des connaissances utiles ou de la matière sur laquelle rebondir.

Les étudiants sont invités au préalable à se familiariser avec la question de la séance, via leurs recherches personnelles et/ou un document créé pour l’occasion : celui-ci regroupe des médias divers et variés, centrés ou en relation avec le thème de la séance. L’objectif de ce corpus est de se vouloir dans la mesure du possible objectif, afin de donner de la réelle valeur ajoutée au débat.

Débat 1 : Pourquoi changer? https://docs.google.com/document/d/1_SUUR5-gU6KyGkKlRAOxctGhpUOev820b0HBd__PROE/edit

Débat 2 : Transition? https://docs.google.com/document/d/1TUJyQeG2henzkrECITcgmZaDlEpzdlc02vPAA9nXmok/edit

Les séances Projet

A la suite de l’amphithéâtre, les élèves étaient invités à se constituer en groupe pour participer à un projet leur permettant de se familiariser avec l’agir écologique et peut-être d’appliquer/retrouver certains points abordés en cours.

Une semaine leur avait été donnée au préalable pour réfléchir par eux-mêmes à des idées d’actions. En effet, aucun projet en particulier ne leur était imposé; l’exercice était ici d’agir de manière proactive face à l’observation de son environnement. Une semaine s’est ensuite écoulée jusqu’à la première séance projet, séance au cours de laquelle les élèves ont pu exposer leurs idées. Au total donc, deux semaines pour réfléchir.

La première séance a tout d’abord constitué en une présentation, où en tant que groupe projet, les deuxièmes années ont présenté le projet “Désemballe-toi” (https://drive.google.com/open?id=1K79uF9IlQBdSazv8_69h7qdk7pYjzwXceGpcS0c3lYY ), destiné à annihiler l’emploi d’emballage jetables dans les commerces de proximité. L’idée était de leur donner un exemple de possible rendu attendu en soutenance – une présentation de leur futur projet – et de la matière pour imaginer leur projet à eux. Les élèves ont pu détricoter au maximum ce projet, en faire ressortir les failles possibles, …

Par la suite, les deux groupes se retrouvent avec leurs responsables de projet, pour réfléchir.

Les TD-Films/Débat

Après une rapide mise à jour des projets, deuxièmes années et première années regardent le film Demain, de Cyril Dion, lequel film n’était pas connu par une majorité des nouveaux élèves, pourtant pour une bonne partie sensibilisés.

Les deuxièmes années en profitent pour stopper le cours du film à de multiples instants, afin d’en prolonger les thématiques, de rebondir dessus. Les élèves sont aussi invités à le faire.

La Soutenance

En dernière séance, les deux groupes ont présenté leur projet. C’était aussi l’occasion de commenter leur communication, et de revenir sur les thématiques abordées tout le long du module grâce notamment à leur présentation. A la suite de cette soutenance, un document regroupant de nombreuses ressources leur a été fourni. Vous le trouverez ici : https://drive.google.com/open?id=10BNF0ZMy1r4lfaOxEyRxP_P1E3NB9w7-SzWYZi0jjg4

  • Les Projets

Groupe 1 – Réduction des déchets du CROUS

Groupe 2 – Création d’une plateforme informatique pour échange/ partage de matériel en résidence étudiante

Retours étudiants

A la fin du module, un premier document avait été transmis aux élèves pour récolter leurs avis. Son format n’étant pas anonymisé, peu de matière première avait été obtenue. Le responsable du module a donc initié une deuxième démarche fin janviers 2019, pour obtenir une vision de la satisfaction du module.

Globalement, les élèves ont donc été satisfait en grande partie par le module.

 

Moins de réponses pour cette question. On retrouve beaucoup : “apprendre”, “connaissances”, “apporter des éléments”; sans doute envers les problématiques et enjeux environnementaux. Certains étudiants parlent d’adopter un “point de vue” quand à ces mêmes enjeux, plutôt “en faveur de la transition écologique” afin d’enclencher des “réflexions”; tandis que d’autres confèrent au module le projet de “sensibiliser”, “nuancer”, donner une “vision globale”.

 

Globalement, il semble que les élèves aient été satisfaits par le contenu délivré au cours des séances. Si l’on raisonne au cas par cas, on voit néanmoins apparaître des critiques intéressantes.

L’amphi

Les élèves en sont satisfaits, il n’y a eu que des commentaires positifs soulignant notamment son intérêt pour poser les bases des TD-débats.

Les TD-débats

Trois points majeurs reviennent plus souvent que d’autres :

  • Les séances sont très appréciées pour leurs apports d’apprentissage et d’approfondissement. Certains élèves auraient de plus souhaité plus d’explications sur certains phénomènes complexes.
  • Le manque de connaissance/documentation des élèves au préalable – malgré le document édité dans cet objectif – diminue la qualité des débats, et la qualité des réponses à des questions parfois pourtant intéressantes et ouvertes.
  • Le manque d’avis contradictoires, diversifiés. Selon l’un des élèves, le cantonnement à des sujets généraux et peu sensibles empêche l’apparition d’opinions sensiblement opposées. Selon un autre élève, c’est plutôt le profil même des participants, peu diversifié, qui génère cette situation.

Au niveau des apports, un élève pointe du doigt le manque d’apport plus pratique pour recentrer l’élève au coeur de la transition (capacités d’auto-suffisance, comportement individuel, …)

Le format semble avoir été apprécié, tant le support d’apport (diaporama), mais l’un des élève témoigne de l’organisation même des débats, dépourvus de réelle “ligne directrice”.

Les TD-films

Le film semble avoir été vu comme un outil pertinent pour reprendre les débats, mais l’un des commentaires évoque sa longueur, et le fait qu’il aurait sans doute été préférable de le voir “chez nous” pour pouvoir aborder plus de sujets.

Le Projet

Les élèves sont moins satisfaits du projet, même si certains réfèrent à son utilité pour prolonger la réflexion enclenchée lors des séances qui le précédent.

Parmi les critiques figurent :

  • Un manque de temps/séances pour travailler le projet.
  • Un manque de guidage (par quoi commencer?) et peu d’avancées (livrables?) demandés en cours de route : les élèves sont en trop nette autonomie.
  • Un manque de motivation/investissement de la part des élèves.
  • La coïncidence de ce projet avec le projet proposé en module SE PRO20, auquel plusieurs élèves participaient.

Un commentaire percutant en particulier :

“Le projet semble dérisoire et n’avoir pas grand lien avec l’essence du module (comprendre et débattre)”

 

Il semble que le format de 2h/semaine convient bien aux étudiants. Ils s’étalent peu sur ce sujet mais rapportent tout de même qu’il est dommage que le module ne soit pas considéré comme les autres et invite à faire un compromis avec un autre module.

 

(le dernier commentaire évoque l’utilité des commentaires des chercheurs en matériaux, qui critiquent l’énoncé de Y.R et apportent une plus-value importante)

 

Pour les possibilités d’amélioration, en règle générale les étudiants proposent la réalisation de fiches sur des sujets qui les intéressent/qui préparent le débat, afin de les impliquer davantage. Certains évoquent même des scénarios permettant d’élever des opinions contradictoires (2 camps, intervenant opposé à l’écologie, …)

L’un.e d’entre eux propose un encadrement plus important, engageant plus les élèves à assister au cours – rappelons ici les contraintes.

“j’essayerais de faire intervenir des experts, chercheurs, ingénieurs dans le domaine, ou pourquoi faire des sorties dans la ville de Nantes pour voir ce qu’il se fait”

 

Pour remplacer le projet, l’un.e d’entre eux propose :

“Peut-être que demander un travail de recherche, du type exposé, peut aussi rentrer dans la compétence “comprendre”, la présentation de cet exposé à “parler en public”.”

 

Un.e autre propose de se pencher plus sur l’actualité, et que les intervenants de deuxième année exposent plus leurs idées.

  • “La simplicité de la discussion”
  • “Le fait que ce soit animé par des élèves, l’ambiance reste plus détendue sans pour autant perdre en sérieux”
  • “Pas être nombreux → ambiance vraiment cool, mais dommage que ce genre de module n’attire pas plus d’étudiants : quand on parle avec des personnes moins convaincues que nous […] cela nous force à nous remettre en question, à nous justifier et à trouver les limites de nos raisonnements. Ici les gens sont trop d’accord en fait.”
  • “Le principe de débat”
  • “En apprendre beaucoup sur des notions liées à la transition écologique”

 

Un mot de l’organisateur

Comme évoqué ci-dessus, beaucoup de contraintes ont modelé ce module dès son initiation. J’y vois du positif comme du négatif : le nombre restreint d’élèves (moyenne de 6 à chaque séance) aura sans doute contribué à rapprocher les participants, familiariser les débats et allégé la charge pesant sur l’équipe organisatrice. Je pense que du reste, les élèves ont assez développé les aspects négatifs de ce manque de participation.

Pour ma part, je considère que cette expérience m’a beaucoup apporté, que ce soit en prise de parole face à un public ou par la nécessité de rigueur et d’organisation, nécessaires au bon déroulement des séances. L’idée de faire un “cours” à des élèves m’avait tout de suite plu, mais je m’étais vite rendu compte que mes connaissances n’étaient pas du tout assez rigoureuses pour me permettre légitimement de me tenir en posture d’autorité face aux élèves. L’organisation sous forme de débat d’égal à égal s’est donc directement imposée, et j’ai passé un temps considérable à me former, tout en constituant le cours.

Mon implication s’est déroulée dans un cadre relativement flou, et de ce fait ouvert à une large marge de manoeuvre, ce qui m’a beaucoup plu, mais était aussi assez difficile à gérer. Je pense que le contexte sera très différent l’année prochaine, avec notamment la présence de ce premier jet, riche en apprentissage. Je compte constituer une équipe plus étendue, pour laisser moins de charges sur une personne donnée, et pourquoi pas intervenir encore moi-même au cours d’une séance. Ce serait intéressant d’inclure plus de générations dans les échanges.

Pour revenir là-dessus, gérer ce module n’était pas chose aisée, d’autant plus avec les contraintes de chevauchement – et donc d’absence d’élèves – qui se multipliaient et n’étaient clairement pas un gage de motivation pour ma part. La situation des intervenants d’Audencia et de l’ENSAN était semblable. Néanmoins, les séances se sont toujours bien déroulées, et j’ai apprécié pouvoir lire les retours constructifs des participants, qui étaient toujours agréables et attentifs.

Je pense que le point central à retenir est que malgré notre différence d’âge, nous en apprenons autant les uns que les autres, et autant les uns des autres.

Détails

  • Lieu: Nantes
  • Adresse: 3 rue de la Noé
  • Date: mercredi 10 octobre 2018 12:00h - vendredi 29 novembre 2019 12:00h
Groupe local Centrale Nantes

Together for Earth - Nantes est un groupe local de l'association national pour la protection de la planète.

📰 En savoir plus